L’année 2017 aura été riche en meetings , salons et spotters days. Passionné par les avions du bloc de l’ Est, le salon aéronautique de Moscou était tout désigné pour une visite .Comme tout salon , les premiers jours sont réservés aux professionnels et il est ouvert au public les 3 derniers jours .

Ce salon est orienté vers le domaine militaire, tout en sachant que la partie civile est en plein essor avec la participation de l’ Airbus A350 les premiers jours et le développement du Soukhoï 100. Côté militaire toute la panoplie était représenté soit au sol ou en vol .

Ce salon étant basé sur la vente de chasseurs, les démonstrations étaient axées sur la maniabilité, avec notamment la poussée vectorielle permettant des vols époustouflants avec la saga des Su 30 et Su 35. La première partie de la présentation était une simulation de combat, suivie d’une démo solo. Il est sur que ce type d avion, par la maniabilité, n’existe nulle part ailleurs ; la question peut se poser sur l’ utilité d’ une telle maniabilité, les combats aériens de nos jours ne se déroulant que par l’ intermédiaire de missiles souvent à grande distance .

 

Ce salon ne pouvait se dérouler sans la présentation du petit dernier de Sukhoi, le T50 qui est devenu le Su 57. Présentation de deux avions à priori dans deux versions différentes , un dogfight entre les deux avions puis solo. Le Su 57 était absent du statique .

En marge de ce salon , notre but était de pouvoir voir les bombardiers Tu 95, Tu 160 et Tu 22. Ces avions étaient porteurs de racks pour missiles de croisières indiquant leur utilisation récente depuis la base d’Engels probablement. Restait donc à savoir quand se feraient les départs . Pas facile entre la barrière de la langue et aussi le secret défense. Interrogé sur ces départs le mot était « Secret ».Un local a pu nous dire que ce serait le mardi. Le rendez-vous fut pris. Nous avions quelques indications sur les points de spotting, comme vous vous en doutez pour nous ça n’était pas gagné. Cette base étant l équivalent d’Istres, base d’ essais. Elle est dotée d’une piste de 5000 mètres permettant lors d’essais le posé de la navette Bourane. La longueur de la piste engendre des atterrissages dans un sens et décollage dans l’ autre donc pas visuel sur les atterrissages et seulement la mise eu puissance.

Nous étions en voiture , et au gré de notre recherche, des spotters se trouvaient près des taxiway et là miracle possibilité de faire des photos sans être inquiété. En attendant le départ de ces machines , plusieurs chasseurs, dont un Mig-29 égyptien en essai, décollèrent ainsi que des avions de transport An26, il-78 civils et militaires .

Pour les photos, le salon est toujours à contre jour. La prochaine fois, nous tenterons de passer de l’autre côté.

J’apprécie toujours autant ce salon, cela doit faire ma 5e visite

Jacky

Une réponse à Maks 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *