Le mercredi 23 mai 2018, l’association a été conviée sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier pour célébrer le centenaire des SPA 160 « Diable Rouge » et SPA 167 « Cigogne de Romanet ». La matinée ensoleillée nous a permis d’observer les rotations des Rafale B du 1/4 Gascogne et B, C et M de l’ETR 3/4 Aquitaine. Une grosse averse a forcé le personnel de piste à rentrer dans un hangar les deux Rafale décorés pour le centenaire. La cérémonie militaire a retracé l’historique de ces deux escadrilles.

La SPA 160 « Diable Rouge » trouve son origine à la date du 25 janvier 1918, lorsque des pilotes de la 160éme escadrille, rattachée à la 2e Armée, sur Nieuport 24 et 27 alors appelé N 160 choisissent comme emblème Belzébuth, Prince des démons chevauchant un balai, pour évoquer la vie infernale qu’ils menaient. C’est lors de leur passage sur SPAD VII et XIII le 5 mai 1918, que l’escadrille prend la désignation SPA 160. Les affrontements la fait rejoindre les escadrilles 82, 158 et 161 au sein du groupe de combat n°23, affecté à la 6 e Armée aux côtés de l’Armée Belge. A sa dissolution, le 18 mars 1919, l »escadrille compte 4 appareils ennemis abattus mais doit déplorer la perte de 2 pilotes.

Au vu de la montée en puissance des armées allemandes, il est décidé de réactiver la SPA 160 en tant que 3éme escadrille du Groupe de Chasse II/4 sur Curtiss Hawk H75 A1 à Reims le 1er mai 1939. Après un mois de combat, le GC est transféré à Marignane en février 40 puis remonte sur Nancy en avril. Avec l’avancée des troupes ennemies, le groupe se replie sur Auxerre, puis Bordeaux, Toulouse et enfin Perpignan. Le GC II/4 reçoit l’ordre de se replier en Algérie, à Oran le 16 juin 1940 puis Meknès au Maroc le 22 jusqu’à sa dissolution le 25 Aout. Au palmarès des Diables Rouges se sont ajoutées 31 victoires mais au prix de 6 pilotes perdus.

Le 22 mars 1943 la SPA 160 renait en tant que 3ème escadrille du GC II/5 « La Fayette » à Casablanca sur P-40. Le groupe est transféré à Rabat puis Blida en Algérie et enfin Protville en Tunisie où le groupe sous commandement Anglais fait de la défense côtière. Le GC se déplace de nouveau vers Sidi Ahmed le 24 mai. Le 01/08/1943 la dissolution de la SPA160 est à noueau prononcée.

Le 1er janvier 1950, la SPA 160 est réactivée en tant que 2e Escadrille de l’EC 3/4 Flandre. à Friedrichshafen sur DH.100 Vampire, la faisant entrée dans l’ère du jet.

L’escadron migre à Bremgarten en avril 54 et passe sur le premier chasseur à réaction français, le MD-450 Ouragan. En 1956 une partie de son personnel et de ses avions représente l’armée de l’Air au sein de la patrouille de France, menée cette année là par la 4e escadrede Chasse. LA guerre d’Algérie necessitebeaucoup de pilotes. Les escadres de chasse perdent toutes un escadron. Le ¾ et ses deux escadrilles les SPA 155 et 160 est dissous 1er novembre 1957.

En juin 1986, sur la BA132 de Colmar, les Mirage IIIBE font revivre le Diable Rouge sur les dérives des avions de la 4éme escadrille de l’EC 1/13 Artois jusqu’au 1 juillet 1989.

Il faut attendre le 3 septembre 1991 pour que la SPA 160 retrouve l’Escadron de Chasse 2/4 « La Fayette » comme 3e escadrille sur la base de Luxeuil. Equipé du chasseur de dissuasion Nucléaire, le Mirage 2000N. L’escadron participe à l’exercice Red Flag dans le Nevada en 92 et 95, s’entraînant ainsi à sa moisson secondaire, l’assaut conventionnel. Les pilotes font usage de la force en 1994 au-dessus de la Bosnie-Herzégovine lors de l’opération Crécerelle. À partir de la base Italienne de Cervia les équipages sont engagés dans un raid contre le terrain d’Ubdina qui est traité avec des bombes classiques Mk.82 de 250 kg. De mai à aout 2011, l’escadron est déployé sur la base de Souda en Crète dans le cadre de l’opération Harmattan, pour se rapprocher des cibles en Lybie. Avec le transfert de tous les avions du 2/4 vers la base d’Istres et la baisse du nombre de 2000N au profit de la création du 1er escadron nucléaire sur Rafale, la SPA 160 est de nouveau mise en sommeil le 3 août 2011.

Avec l’augmentation du nombre d’escadrons passant sur Rafale, il y a de plus en plus de pilotes à transformer, ce qui oblige l’Escadron de Transformation Rafale (ETR) 2/92 Aquitaine basé à Saint-Dizier a s’enrichir d’une 3éme escadrille. La SPA 160 est choisie pour renaitre le 1er avril 2016. La désignation ETR 2/92 est changé en ETR 3/4 en septembre.

La SPA 167 « Cigogne de Romanet » est créé le 22 aout 1918 à La Noblette sur SPAD XIII, affectée au Groupe de Combat n°12, la fameuse escadrille des Cigognes avec ces nombreux As, qui comprend déjà la SPA3 « Cigogne de Guynemer »,SPA 26 « Cigogne de Saint Galmier », SPA 67 « Cigogne sur fanion », SPA 103 « Cigogne d’argent de Fonck » et SPA 173 « l’oiseau de Paradis » du Groupe de la IVe  puis VIIIe Armée. Son insigne représente une cigogne à aile haute et son nom reprend celui de son premier chef, le lieutenant Bérard Barny de Romanet. A l’Armistice ses pilotes totalisent 22 victoires aériennes. Elle est dissoute le 09 avril 1919 à Courban.

Ses traditions sont reprises par la 10ème escadrille du 3e Régiment d’Aviation de Combat de Châteauroux le 1er septembre 1921 puis par le 35 Régiment d’Aviation Mixte de Lyon Bron d’octobre 1922 à juin 1932.

En prévision de la création de l’Armée de l’Air, la Cigogne renait au sein de la 4éme escadrille du Groupe de Chasse II/5 « La Fayette » à Lyon le 1er juillet 1932 sur Nieuport 622 puis Dewoitine 500 et 501 au printemps 1936. Le groupe quitte Lyon pour Reims le 14 mai 1937 où il réceptionne quelques Potez 63 en février 1939 pour les vols de liaison du commandant avant d’être équipé de Curtiss Hawk  H75 en mars 1939. Le 27 aout, le GC II/5 reçoit l’ordre d’un déploiement sur le terrain de Toul Croix-de-Metz. Après 7 mois de combat le Groupe part se reposer à Cannes du 9 mars au 10 avril 40. Suite à l’avancée Allemande, le GC II/5 se replie sur Dijon le 13 juin puis Chalon-sur-Saône, Lyon, Carcassonne, Perpignan et enfin sur les terrains africains d’Alger et d’Oran dans la semaine. La Bataille de France se conclue sur un score de 47 victoires, 23 probables contre 2 pertes et 7 blessés. Après la signature de l’Armistice avec les Allemands, le Groupe de Chasse, de l’Armée de l’Air de Vichy, se voit confier la drôle de mission de protéger le repli de la flotte Française du port de Mers el-Kébir de l’attaque de la flotte Britannique. Ces missions vont les obliger malgré eux, a se défendre contre des Blackburn Skua de la Royal Navy. Le 19 août le groupe quitte l’Algérie pour le terrain du « Camp Cazes » près de Casablanca, puis Dakar le 13 novembre etant retour à Casablanca le 25 janvier 1941. En Aout 42 les « Canards », surnom des pilotes de la 4e escadrille, commencent à voler sur Dewoitine D.520. N’ayant pas assez d’expérience dessus, ils lui préfèrent leur Curtiss pour se défendre contre les américains qui viennent de débarquer en Afrique du Nord lors de l’Opération « Torch ». Quelques combats les opposent à des Grumman F4F Wildcat et des O2S-3 Kingfisher. Un repli vers Sidi Rahal puis Kasba Tadla et enfin Fès est effectué le 8 novembre avec les appareils disponibles. Lorsque l’armistice est signé avec les alliés le 11 novembre, le groupe retourne à Casablanca.Le colonel de l’US Army Air Forces Harold Willis , ancien pilote de l’escadrille Lafayette, en visite sur la base découvre avec émotion que les traditions de son unité composée d’américains pendant la grande guerre n’a pas été oubliée. Il fait des pieds et des mains pour réarmer au plus vite le groupe symbolique de l’entente franco américaine. Les nouveaux alliés fournissent des Curtiss P-40F à partir de décembre 1942. Dès le 8 janvier 43, le groupe Lafayette part pour Alger, Maison-Blanche puis sur le terrain de Thélepte en Tunisie le 11. Après des combats contre des Bf109, Fw 190 et Ju-88 et au vu de l’avancée des Allemands, le groupe se replie sur Kouif puis Youks-les-Bains avec le 81th Fighter Group Américain, continuant sur Kalaa Djerdale puis Biskra. Essoufflé par deux mois de combats, le groupe quitte la Tunisie pour Casablanca via Alger le 15 mars. Transféré à Rabat le Groupe s’équipe de P-40L puis repart vers Blida et Souk el Arba où il est rattaché au Costal Command Anglais. Suite à la signature d’un armistice avec l’Italie le 2/5 gagne le terrain de Bône-les-Salines. Les pilotes sont envoyés par petits groupes, au mois de mars 1944 en Italie pour leur transformation sur P-47D Thunderbolt. Une fois tous les équipages qualifiés, le groupe rejoint le terrain de Alto près de Bastia le 02 mai, c’est là qu’il est rattaché à la 4e Escadre de Chasse tout en gardant sa désignation GC II/5. La nouvelle mission du groupe est l’assaut et le bombardement de cibles en Italie aux côtés des Américain du 57th Fighter Group, puis en France en prélude à l’opération Dragoon. Pour rattraper les troupes allemandes en déroute, le groupe déménage sur le terrain d’Ambérieu le 8 septembre. Devenant vite impraticable, il est délaissé au profit de celui de Bron un mois après puis de Luxeuil le 2 janvier 1945. Toujours dans le but de se rapprocher de la zone des combats, le groupe s’implante sur le terrain de Colmar le 9 avril. Après la fin de la guerre, le groupe découvre en août sa nouvelle base, Niedermendig en Allemagne. Ce n’est que pour une courte période car ils reçoivent l’ordre de mouvement vers Oran qu’ils atteignent le 3 janvier 1946 puis Blida le 4 février et retour en Allemagne à Coblence. Suite à des difficultés d’approvisionnement en pièces détachées, le groupe commence sa transformation sur Spitfire Mk IX en juillet en préparation de son départ pour l’Indochine en août. Le GC 2/4 s’installe sur le terrain de Hanoï Gia Lâm le 21 septembre 1947. Sa mission consiste en l’escorte de Ju-52 et C-47 lors de parachutages,en des attaques de barges et d’objectifs au sol de barge, strafings et bombardements. En décembre 46 un détachement de cinq appareils  est déployé sur le terrain de Dong-Hoi pour 1 mois, suivi par un à Saigon en février et un à Lang Son en février. L’arrivée des pilotes du 1/3 Navarre signe la fin de l’aventure en Indochine avec un départ le 26 septembre 1948 à bord du Pasteur qui les débarque le 14 octobre à Marseille pour une permission jusqu’au 30 novembre à Friedrichshafen.

Le groupe revole sur P-47 à partir de décembre 1948 et sur Caudron Goéland pour les liaisons et l’entrainement au vol aux instruments. Des stages de Link-Trainer sont effectués à Avord en mai 1949 pour se perfectionner dans les vols sans visibilité en préparation de l’arrivée des Vampire. Les pilotes et les mécaniciens partent à Mont-de-Marsan, au CTAR (Centre de Formation sur Avion à Réaction) en septembre. Le 2 novembre 1949 les premiers De Havilland D.H.100 Vampire Mk.V arrivent. Le groupe participe à des exercices sur la base de Saint-Dizier en aout 1950 et à une campagne de tir à Cazaux en Novembre. Des membres de l’Escadre font partie d’une Patrouille acrobatique à 9 appareils lors du salon du Bourget avec roquettes fumigènes. En février 1953, l’escadrille changet de base pour celle de Solingen toujours en Allemagne puis c’est un nouveau déménagement pour le terrain de Bremgarten le 1er avril 1954.

La transformation sur MD 450 Ouragan s’effectue à Dijon et au 1/4 Dauphiné avant l’arrivée des avions en août. Avec ces avions, ils participent à de nombreux exercices et compétitions comme la Coupe Comète à Cazaux, des manœuvres « Rose Marie » à Blida lors de convoyage d’avions à Meknès.

Le Groupe change de monture pour le gros chasseur Américain F-84F Thunderstreak en novembre 1957 et est déclaré opérationnel en janvier de l’année suivante. La vie de l’escadron est ponctuée par des détachements en Afrique du Nord. Le27 juin 1961 c’est le départ pour le terrain de Luxeuil. En juillet 1964, six F-84 font un échange sur la base d’Eleusis en Grèce. En avril 66 la formation théorique puis pratique sur le pilotage du Mirage IIIE commence. Des vols en double-commande sont effectués sur IIIB au sein de la 2e Escadre de Chasse de Dijon pour maitriser la voilure Delta.

Les premiers appareils arrivent le 13 octobre. En 1973 l’escadron change de mission sa mission principale de défense aérienne devient secondaire,  le bombardement nucléaire tactique ou conventionnel devenant sa mission principale.

En Août est organisée l’opération « Tamara », avec le tir réel d’une AN52 dans le Pacifique au départ de Mururoa. Le 28 Août à 9h00 locale la bombe tirée par le lieutenant-colonel Copel à bord du Mirage IIIE n°617 4-BE explose. En mars 1976, l’escadron participe au tournage du film« La Sentinelle du Matin » de Pierre Schoendoerffer. Le 4 octobre 1986, pour fêter les 70 ans du La Fayette, les 20 ans et 150000 heures de vol sur Mirage IIIE, une patrouille est créée. Les « Régent Papa » avec deux appareils arborent une livrée spéciale. L’année 1987 marque la préparation à l’arrivée du Mirage 2000N. Le 2/4 obtient deux Mirage IIIBE pour la formation des futurs navigateurs. Ce n’est que le 28 novembre 1988 que l’escadron passe sur 2000N. . L’appareil est armé du Missile ASMP (Air-Sol Moyenne Portée) et ravitaillable en vol. Les pilotes n’ayant jamais pratiqué cette discipline partent s’entrainer sur Mirage 2000B au 2/2 de Dijon en janvier 89. En 1991 les appareils sont modifiés pour pouvoir tirer des bombes lisses ou des roquettes qu’ils utiliseront lors de l’exercice Red Flag 92-4 avec des appareils couleur sable. Vient le temps de l’application de leurs entraînements lors de l’opération « Crécerelle » en Bosnie d’octobre 1994 à février 1996. De mai à octobre 2011 lors de l’opération « Harmattan » les Mirage 2000N K3 apte a tirer des bombes guidées laser en patrouille interviennent avec des 2000D illuminateur de cible au-dessus de la Libye.

L’escadron déménage pour la BA125 d’Istres en septembre 2011. En 2014 c’est l’opération Chammal, (Irak, Syrie) qui voit l’envoie de Mirage du Lafayette en renfort de septembre 2015 à février 2016 à partir la Base Aérienne Projetée en Jordanie et l’opération Barkhane (Sahel) depuis le terrain de N’Djamena, au Tchad d’avril à septembre 2017.

En préparation au retrait des 2000N, dont le La Fayette est le dernier escadron a l’utiliser, l’Escadron de Chasse 5/4 (non officiel) est créé en 2017 pour regrouper tous les nouveaux pilotes et NOSA formés sur Rafale à ETR 3/4 Aquitaine de Saint-Dizier. Cet escadron récupère les insignes des SPA 81 et SPA 167.

 

Après ce rappel historique, le personnel des escadrilles et les anciens conviés pour cet anniversaire ont pu assister à une représentation du Rafale Solo Display et au ruban de la Patrouille de France et enfin partager leurs souvenirs aux cotés des 2 avions peints pour la circonstance, le Rafale C131 4-GJ de la SPA 160 et le Rafale B307 4-IA de la SPA 167.

C’est un peu plus tard, le jeudi 21 juin 2018 qu’a lieu la cérémonie officielle de retrait du service opérationnel du Mirage 2000N, le retrait officieux étant un peu reculé. Le 29 aout, le 2/4 La Fayette passe officiellement sur Rafale B.

Une réponse à Double Centenaire au La Fayette.

  • La spa160 ne fait plus partit du 2-4 depuis 2011 et le déménagement à sotte .
    L escadron est aujourd’hui composé dès escadrille N124 »tête de sioux », spa82 »lévrier,spa96 »gaulois et spa167 « cigogne de romanet » mais vulgairement appelé canard 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.